Lettre Pr. LEUNG Kokyuen

Lors de son récent passage en France, le Dr Leung Kokyuen, mentor de nombreux praticiens de médecine chinoise en Occident, a offert aux étudiants venus le saluer la copie d’une lettre dans laquelle il fait un bilan personnel, et qu’il a souhaité nous transmettre à titre de réflexion. Voici cette lettre, rédigée en 2000, et destinée à l’époque à l’un de ses amis :

« Cela fait maintenant quinze années que je suis à la retraite et que j’habite Vancouver, réputée pour sa douceur de vivre. Je me réjouis d’avoir connu le bonheur, la longévité, la santé et la tranquillité, bien que je ne sois ni riche, ni noble.

Mon bonheur, je le dois tout d’abord à l’harmonie familiale : mes quatre enfants ont fondé leur propre famille, mes dix petits-enfants me rendent joyeusement visite de temps en temps, car ils habitent tous à Vancouver.

Je dois également le bonheur au fait que je m’entends bien avec tous mes amis, que je traite toujours, ainsi que ma famille, avec sincérité.

Je suis heureux, enfin, d’avoir simplement de quoi m’approvisionner en suffisance : je dépense ma retraite raisonnablement, et ne manque ainsi ni de vêtements ni de nourriture.

La longévité est un autre cadeau qui m’est fait : j’ai passé depuis longtemps le Gu Xi (anniversaire des 70 ans), et viens de parvenir au Chao Zhang (80).

Mais la longévité ne serait rien sans cet autre don précieux qu’est la santé : à mon âge, j’ai la pensée encore agile et le déplacement aisé.

La tranquillité, enfin. Cette tranquillité, aussi bien mentale que physique, n’est pas exactement un don. En fait, il est assez difficile de gagner cet état sans un travail de méditation et une pratique quotidienne dont voici les principaux éléments :

- Je respecte le Xian Qing, ce qui signifie que je laisse mes sept émotions s’exprimer avec modération. Je suis le plus souvent d’humeur égale, et ne me laisse pas emporter par la joie ou par la colère.

- Je respecte également le Xian Yu, c’est-à-dire que je ne manifeste pas de désirs exagérés.

- Je prends des repas simples, légers et peu épicés, évitant ainsi les maladies qui entrent par la bouche.

- Je mène une vie calme et reposante, teintée d’une activité quotidienne modérée, et cela fait longtemps que je n’ai pas effectué de longs voyages.

- Tous les jours, je prends plaisir à effectuer un peu de jardinage, à boire du thé, à chanter des poésies tout en me promenant dans les parcs (dans une humeur bien différente de celle du grand poète Qu Yuan, qui lorsqu’il était en exil, chantait ses poésies mélancoliques). Enfin, j’aime à jouer au Pu Yi (jeu chinois ancien, ancêtre du Mah Jong, des jeux de cartes et d’échecs), dans un esprit de « lutte douce » qui a le pouvoir de détendre les émotions. »